Méthodes analytiques Radiohalogénures

Applications Iode-129

L’ 129I est utilisé comme substance trace pour aider à déterminer l'impact des réactions nucléaires sur les environnements voisins. Le 129I est biophile et est donc souvent concentré dans des plantes ou des sols à forte teneur organique.

Le 129I peut être utilisé dans l'identification de très vieilles eaux en corrélant la quantité d’ 129I naturel ou de son produit de désintégration 129Xe. Il peut également être utilisé dans l'identification de masses d'eau plus jeunes en raison de l'augmentation des niveaux de 129I anthropique due aux retombées de la réaction nucléaire. Voici une liste des applications de l'analyse du 129I:

  • estimation du temps de séjour des eaux souterraines
  • le traçage de la migration des saumures
  • l'identification des roches sources d'hydrocarbures
  • tracer le mouvement des panaches de contaminants radioactifs
L’129I est un isotope radioactif naturel de l'iode dont la demi-vie est de 15.7 millions d'années. Bien qu'il soit présent naturellement dans l'environnement, l’ 129I se forme plus abondamment lors de la fission de l'uranium et/ou du plutonium dans les réacteurs nucléaires et de la détonation des armes nucléaires. L'iode lui-même est un élément non métallique, un solide cristallin noir violacé avec la rare propriété physique de sublimation dans laquelle la substance peut passer directement d'un état solide à un état gazeux.

Procédures d'extraction

L'extraction du 129I à partir d'échantillons aqueux suit une procédure modifiée de celle décrite par J. Kleinberg et G. Cowan, The Radiochemistry of Fluor, Chlorine, Bromine, Iodine, Los Alamos National Laboratory où le produit final précipité sous forme d'AgI est pressé dans une cible et analysé sur le tandetron HVE 3MV.

Pour l'extraction de l’ 129I des matériaux solides, une technique de fusion alcaline est utilisée et elle est basée sur la technique décrite par Nishizumi et al (Nature 305(1983)).